Questions / réponses

Une question ? Vous trouverez ci-dessous les questions les plus fréquentes, avec leurs réponses détaillées !

scroll
Mon activité
Mes partenaires (clients, fournisseurs)
Mes litiges
Dois-je déposer la marque de mon entreprise à mon nom ou au nom de ma société ?

Les deux formules sont envisageables.

Si l’entrepreneur est le seul créateur de la marque, il peut la déposer en son nom propre et concéder une licence à l’entreprise, ce qui lui permet de conserver son contrôle et ,le cas échéant, de percevoir des redevances.

Mais si la marque a été développée en commun avec d’autres associés, il est préférable de simplifier les choses en déposant au nom de la société, d’autant qu’en cas de levée de fonds, les investisseurs seront rassurés par la conservation de la maîtrise de la marque par la société.

Un client historique m’annonce la cessation de nos relations à échéance de trois mois, sur la base du préavis prévu par notre partenariat ?

Le préavis prévu par le contrat est important, parce qu’il sécurise votre activité. Mais lorsque par sa durée, et par son intensité voire son exclusivité, la relation d’affaires est devenue importante pour l’entreprise, la durée réelle du préavis doit en tenir compte, dans une limite de 18 mois.

À défaut de respecter un préavis suffisant, la rupture est alors considérée comme brutale et ouvre droit à dommages et intérêts.

Un de mes partenaires m’a mis dans la difficulté, et je n’ai pas d’autre choix que d’engager une action à son encontre, mais dans le même temps, je pense qu’un avenir est possible entre nous : n’est-ce pas contradictoire ?

Une procédure à l’encontre d’un partenaire doit toujours être envisagé en dernier recours, surtout s’il s’agit d’aller au bout du processus judiciaire. Celui-ci prendra du temps, avec au bout du chemin, une décision qui sera en outre marquée par un aléa important, sur laquelle l’entrepreneur n’aura aucune maîtrise. Même si un intérêt commun subsiste, une conséquence quasi-certaine sera de l’impossibilité de toute reprise de relations contractuelles.

Mais parfois, la procédure peut constituer un outil utile, pour marquer un territoire et manifester des intentions claires.
Sa durée peut alors être mise à profit. Les multiples étapes de la procédure pouvant être l’occasion de rapprochement, au moyen de la confidentialité des échanges entre avocats, ou à travers la mise en œuvre de modes alternatifs de règlement des litiges.